Truyện Kiều (câu 247-256)
Histoire de Kieu (vers 247-256)

Nguyen Du
Bản Nôm: Lâm Nọa Phu, 1870

Nguyen Du
Sầu đong càng khắc càng đầy
Ba thu dọn lại một ngày dài ghê
Mây Tần khóa kín song the
Bụi hồng lẽo đẽo đi về chiêm bao
Tuần trăng khuyết, đĩa dầu hao
Mặt tơ tưởng mặt, lòng ngao ngán lòng
Buồng văn hơi giá như đồng
Trúc se ngón thỏ, tơ chùng phím loan
Mành tương phơn phớt gió đàn
Hương gây mùi nhớ, trà khan giọng tình

Nguyen Du

The Tale of KieuEnglish

La charge de tristesse, à mesure qu'on y puisait, se remplissait davantage à chaque instant. Trois automnes se consumaient dans chaque jour interminable. Des nuages indifférents cadenassaient la fenêtre de gaze. De son monde de poussière rose, il s'y dirigeait en songe. La lune décroissait, l'huile des lampes tarissait. Son visage appelait un visage ; son coeur soupirait après un autre coeur.
L'atmosphère du cabinet de travail était glaciale comme du cuivre. Durcie la pointe en poils de lapin des pinceaux, détendues les cordes du luth.
Les stores de bambou palpitaient à la brise. L'encens éveillait le parfum du souvenir ; le thé faisait désirer l'arôme de l'amour.
Bibliographie : Truyện Kiều và tuổi trẻ (Kieu et la jeunesse), Lê Hữu Mục, Phạm Thị Nhung, Ðặng Quốc Cơ,
Editions Làng Văn, Paris, France, 1998